29 septembre 2006

Dans votre combat contre Mademoiselle, visez les couilles

***
Damoiseaux, quand vous employez "Mademoiselle", voyez tout ce que vous avez en tête:
« Mademoiselle, qui les [femmes célibataires] renvoie à leur valeur de "fraîcheur consommable" et leur confirme qu’elles sont encore désirables ou encore fertiles, sans se rendre compte qu’elles perpétuent ainsi la soumission aux valeurs machistes : la femme désignée dans sa valeur d’objet , objet "sexuel" ou "ventre porteur". »

« Le choix Madame/Mademoiselle implique qu’une femme donne des indications sur son état de disponibilité, en particulier sexuelle...et la boîte aux lettres n’a pas vocation d’agence matrimoniale... »

« le terme "mademoiselle" traduit un regard « diminutif » sur nos filles, qui fait d’elles de « petites choses » pas finies, jamais vraiment autonomes, qui n'accéderont à leur état d’adulte que lorsqu’elles "trouveront un mari" »

Source: Enoncé de la pétition pour l’abrogation du terme « Mademoiselle »


Eh oui !
Vous devriez avoir honte !
Songez qu'à chaque fois que vous prononcez "mademoiselle", vous pensez avec votre bite, vous soumettez, vous diminuez, vous objectisez, vous réduisez à un ventre cette femme que vous avez choisi pour proie afin de satisfaire votre libido et votre désir de domination sans borne !

Pardon ? Vous utilisez "Mademoiselle" par réflexe, habitude et sans arrière-pensée ?
...
Vraiment ?

1 commentaire:

Dominique a dit…

Ici au québec ce problème est résolu depuis lontemps, tous des madames. Et ensuite ça n'a rien réglé, les madames sont pas plus contente. Les québécois (pas les québécoises puisque les femmes travailent moins et sont sous payer donc ne paye presque pas d'impôt) gaspille plus de 600 000 000 de dollard par année pour que les femmes perdent leurs temps (et notre argent)avec des futilités sans importance comme celle là. Je peux t'assurer que ces femmes ne seront pas contente ensuite et ne se tairons pas. Leur donner raison ne va qu'envenimer les choses et les encourager à continuer avec des inutilités plus imbécile les unes que les autres.